Résidence d’artistes - APPEL A CANDIDATURE 2021

Objectifs :- encourager et soutenir la création contemporaine- permettre au public le plus large de se familiariser avec l’art et la création- inscrire une démarche artistique sur un lieu.Cadre et exploitation :La Résidence, installée dans un ancien quartier industriel, existe depuis août 2001. Elle se présente aujourd’hui comme un centre d’activités et de soutien à la création contemporaine à destination d’unpublic le plus large possible, qui s’organise autour

Télécharger le document

Exposition
Art-sur-Mer
Adultes de l’atelier municipal d’arts plastiques

Du 3 au 22 octobre 2020

Immortelle, majestueuse, tyrannique, la mer est une source d'inspiration infinie pour les artistes de tous les temps. Simple élément décoratif, chatoyant et romantique, abstrait ou réalité vivante, l'univers marin a été représenté sous toutes les formes et de toutes les couleurs, suivant les siècles.

Pendant l'Antiquité, l'océan n'était qu'un simple décor tributaire des scènes maritimes représentées (batailles navales, scènes mythologiques avec divinités marines…). C'est avec l'arrivée de l'importance du paysage dans la peinture romantique, que la mer est désormais traitée comme un élément à part entière. Elle devient par exemple le miroir de l'infini dans Deux Hommes au bord de la mer de Caspar David Friedrich. Théodore Géricault dépeindra quant à lui un élément hostile et mortel pour son Radeau de la Méduse. Dans une peinture plus subjective, rendant compte d'une impression personnelle, Claude Monet va travailler Les falaises à Étretat avec des couleurs mises en avant au détriment de la forme qui s’efface.

De nos jours, la mer est illustrée de toutes sortes. Grandiose et sublime, furibonde et menaçante, voluptueuse et magique, elle est, à l’image de la création actuelle, multiple.
C'est dans ce cadre-là, que les adhérents adultes de l’atelier municipal d’arts plastiques sont heureux de vous présenter une nouvelle exposition de leurs réalisations artistiques dédiée à l’espace maritime.

Inauguration le vendredi 2 octobre 2020 à 18h30 sans buffet

Port du masque obligatoire

Pôle Culturel
Rue Saint-Louis
Ouvert les lundis, mercredis de 14h à 18h et samedis de 9h à 12h, sauf jours fériés

Service Culturel : 04 70 34 50 72 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

EXPOSITION - La Résidence d'artistes

Septembre 2020


"La Résidence"
Exposition
" Ceux qu’ils restent"
Documentaire lyrique sur le bourbonnais et ses habitants
Patrice GOGUE

Du 19 septembre au 17 octobre 2020

 

« Regarder un arbre dénudé en hiver comme quelqu’un qui regarde dans l’appareil et sait qu’il est nu aussi. Qu’au travers, nous voyons tout ce qu’il a fait, tout ce qui l’a fait, tout ce qu’il laisse, tout ce qu’il reste.
Se perdre dans les branches, suivre leurs chemins, savoir qu’elles viennent toutes du même tronc, mais que l’on ne peut pas voir leurs racines. Parfois l’arbre tombe et l’Homme pleure. Les racines sèchent au soleil et l’âme s’expose.
Voir partout des débordements, de la Besbre aux lisières des forêts qui poussent sous les frontières. Combien de pousses arrachées pour maintenir les limites, combien de trous creusés pour contenir l’eau, et surtout combien d’Hommes, de mains, de doigts et de gestes.

Ceux qu’ils restent c’est ceux qui sont venus pour faire de nouvelles voies, Catherine.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui sont venus pour transmettre, Claudette.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui sont là pour accueillir, Guy.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui sont là pour rassembler, Valérie.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui veulent que ce soit beau, Didier et Suzanne.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui veulent.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui ne veulent pas.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui sont tombés là, comme les enfants dans la cour.
Ceux qu’ils restent c’est ceux qui ne savent pas où aller comme mes voisins. »

Patrice Gogue

L’artiste Patrice Gogue est arrivé en résidence à Dompierre au mois de janvier 2020.
Suite aux décisions gouvernementales prises lors de la crise de la Covid-19, il a terminé son séjour en confinement à La Résidence.
Les diverses mesures sanitaires ne nous permettant pas de présenter son exposition dès la sortie du confinement, c’est avec plaisir que nous vous proposons de découvrir son travail à partir du 19 septembre 2020.

Vernissage le vendredi 18 septembre 2020 à 18h30 sans buffet
La Résidence 
Place des 3 Platanes
03290 Dompierre-sur-Besbre
Ouvert les mercredis, vendredis et samedis de 14h à 18h et sur rendez-vous, sauf jours fériés

Port du masque obligatoire

Service Culturel : 04 70 34 50 72 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mai 2020

Sortie de résidence longue à Dompierre sur Besbre de l'artiste Patrice Gogue. Documentaire lyrique sur le milieu rural bourbonnais. Dessin photographie et installation.

Pôle culturel - rue St Louis

Daniel BATTAGION
"Paysages au fil de l’eau"

Du 7 au 26 mars 2020

 

Pour Daniel Battagion, dompierrois de cœur, la peinture, c’est toute sa vie. En effet, il a été attiré par le dessin et la peinture depuis sa petite enfance. Mais c’est en arrivant à Paris où s’est déroulée toute sa carrière professionnelle, qu’il a eu l’opportunité de se perfectionner dans les deux disciplines.
Il se définit comme un autodidacte sans chercher à créer son propre style. C’est d’abord dans la contemplation des beautés de la nature que Daniel Battagion puise son inspiration. Sensible au charme de son pays natal comme à celui des collines morvandelles toutes proches, il aime représenter particulièrement les paysages, les bords de l’eau. Il reste cependant ouvert à tous les genres : natures mortes, portraits et peintures animalières réalisés à l’huile, à l’aquarelle et au pastel.

Vernissage, vendredi 13 mars à 18h30
Pôle culturel
Rue Saint-Louis
03290 Dompierre-sur-Besbre

La Résidence d'artistes

Maurice Joannin, demeurant à Yzeure, est un passionné de peinture et explore les courants picturaux, de l’Impressionnisme au Futurisme. Son activité picturale s’accroît avec l’approche de la retraite en 2007. Son style est avant tout figuratif mais il s’oriente actuellement vers la peinture dite "abstraite" qu’il qualifie plutôt de "non figurative traditionnelle" et explore ainsi cette voie avec une touche très personnelle.
Il revient* à Dompierre et propose diverses toiles à l’huile dans un jeu de formes et de couleurs indissociables.

 


logofacebk  Notre page Facebook pôle culturel

 

EXPOSITION

Marie-Julie MICHEL

Du 16 novembre au 14 décembre 2019
Mercredis, vendredis et samedis de 14h à 18h

Née à Montluçon le 26 avril 1979, Marie-Julie Michel, autodidacte, vit et travaille à Lyon.

La pneumopathie aspergillaire invasive, que l’artiste a contractée en 2013, est une maladie chronique rare

dans laquelle une moisissure microscopique, l’Aspergillus (champignon composé d’innombrables grappes en filaments qui tisse des réseaux)

tend à proliférer jusqu’à envahir complétement le système respiratoire.
C'est d'ailleurs pendant sa longue convalescence que Marie-Julie Michel a commencé la création de cette œuvre plastique d’une infinie minutie ;

aujourd’hui rétablie, c’est cette année qu’elle commence à l’exposer.

Nul doute que l’artiste ait été impressionnée par la force esthétique du champignon quand on le voit au microscope.
Il y a d’ailleurs une troublante similitude entre la manière dont la moisissure s’étend par reproduction d’une structure initiale répétée à l’infini et le processus créateur qui décide de l’œuvre de l’artiste.
Tandis que ce champignon tapisse les alvéoles pulmonaires à la manière d’un motif de papier peint qui se répand,

l’artiste déploie ses motifs dans l’espace du cadre.

Ce mode d’élaboration conduit à la production d’une œuvre sensible, contemplative et hypnotique, qui plonge au cœur du minéral, du végétal, de l’organique.
La variété préside, des formats aux sujets.

La constante demeure toutefois la technique utilisée : de minuscules signes,
effectués à l’encre, à l’aide de stylos à pointe fine lorsque l’artiste produit sur papier et sur bois ou gravés à la plume vaccinostyle et à l’aiguille,

lorsqu’elle travaille sur carte à gratter.
Ce qui marque provient de l’extrême finesse des motifs qui constituent la matière de l’image,

et des distorsions issues de la vaine tentative de les reproduire à l'identique.
Des contraintes apparaissent au fur et à mesure que le travail avance : les changements de positionnement du bras, de la feuille, les problémes d'encre,

les accidents, les variations de lumière, de sentiments. Tous ces petits changements vont s’inscrire sur le papier pour révéler cette vérité,

celle que l'on observe sur les couches de roches sédimentaires, les cernes de bois.
Ces réalisations spontanées interpellent par la précision qu’elles exigent et jamais la notion d’oeuvre oeuvrée n’a mieux pris sens.

Il s’agit d’une réflexion sur le temps, incarnée dans le geste, si l’on considère que certaines œuvres ont nécessité plusieurs centaines d’heures de travail.

Vernissage le vendredi 15 novembre 2019 à 18 h 30

Exposition en partenariat avec la MAPRAA, Focus de la 15ème Biennale de Lyon d’Art Contemporain, Réseau « 12/12/12 », 12 artistes/12 lieux/12 départements