Sortie de résidence pour Nelson Aires et découverte de Bloodline jusqu’au 26 octobre
Le 27 septembre dernier, la Commune a inauguré le travail de Nelson Aires présenté au sein d’une exposition intitulée "Bloodline" en la présence d’Annie-France Pouget, adjointe à la culture et représentant le maire, Pascal Vernisse, d’élus, de Sylvie Monnier, conseillère pédagogique départementale pour les Arts Plastiques et Guy Lavaud, président de l’association As’Art en bout de ville.
Parisien, d’origine portugaise, le mois de résidence de Nelson Aires, même s’il a passé vite, de par l’intensité de son travail, lui a permis d’avancer sur son projet débuté en 2015.
Pour chaque artiste, notre regard s’interroge toujours sur la technique, la pratique. Pour Nelson Aires, toutes ses œuvres (peintures/micro-sculptures/installations tentures) ont été réalisées à partir d’une même matière première : le sang. Il l’utilise comme fil rouge et l’emploie sous forme liquide ou desséché mais ce matériau suscite assez de réactions. Il lui fait subir diverses transformations, comme un alchimiste, pour en sortir des formes, des surfaces créées par des jeux de textures, de matérialités et de couleurs principalement autour des bruns et allant jusqu’aux noirs.
Ses réalisations sont plutôt dans le symbolique que le figuratif : idée de l’ornement, technique de pliage sur tissu, papier, à partir d’une trame basée sur le triangle équilatéral, fossiles contemporains… pour une variation autour de la carte imaginaire, des réseaux incompréhensibles où les tissus se superposent.

Et dans le prolongement de l’exposition "Bloodline", amusez-vous à retrouver l’installation picturale Resel, hors les murs, dans certaines vitrines de la Grande rue et de la rue Nationale.

Si vous voulez rencontrer Nelson Aires, il sera présent à La Résidence, le samedi 26 octobre.

Entrée libre, tout public, les mercredis, vendredis et samedis de 14h à 18h et sur rendez-vous jusqu’au 26 octobre 2019
La Résidence, place des trois platanes
Renseignements Service culturel 04 70 34 50 72 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.